Cultiver la prochaine génération d’experts en roulements

Compétence

Cultiver la prochaine génération d’experts en roulements

Mike Kotzalas, directeur de l’ingénierie clientèle mondiale, est titulaire d’un doctorat en ingénierie mécanique et s’est fait connaître très tôt en publiant dans des revues à comité de lecture, en participant à des conférences de l’industrie et en remportant des prix. À l’âge de 34 ans, il détenait deux brevets américains pour la conception de roulements à rouleaux cylindriques et avait coécrit, avec son mentor de longue date, Tedric A. Harris, les deux volumes de la 5e édition de Roller Bearing Analysis, une référence standard sur laquelle les ingénieurs en roulements s’appuient depuis des décennies.

Mike Kotzalas, directeur de l’ingénierie client mondiale, est titulaire d’un doctorat en ingénierie mécanique et co-auteur de la 5e édition en deux volumes de Roller Bearing Analysis, une référence standard sur laquelle les ingénieurs en charge des roulements s’appuient depuis des décennies.



Aujourd’hui, M. Kotzalas occupe toujours une place de premier plan dans son domaine et participe à des conseils consultatifs auprès de l’Organisation internationale de normalisation (ISO) et de l’American Bearing Manufacturer’s Association (ABMA) pour élaborer des normes sur les roulements à rouleaux. Il est crédité de 29 publications, dirige la formation occasionnelle de l’ABMA et siège au comité consultatif d’ingénierie mécanique de l’université d’Akron.

Lors d’une récente interview, nous avons parlé à M. Kotzalas de ses réalisations, des défis qu’il a dû relever et de ce qu’il apprécie le plus dans son travail.



Q : Comment s’est présentée l’opportunité de co-écrire Roller Bearing Analysis ?

R : Elle est venue de mon conseiller à Penn State, Tedric A. Harris. Il était un vétéran de l’industrie à la retraite, bien connu pour avoir écrit le livre de référence, Rolling Bearing Analysis. Un bon mentor apporte une aide précieuse. J’ai commencé à assister à des conférences, à présenter des articles et à faire des choses que vous ne faites habituellement que plus tard, après avoir obtenu votre doctorat.

Après avoir été avec Timken pendant quelques années, il m’a demandé de l’aider avec la 5e édition de Rolling Bearing Analysis. Nous l’avons dépoussiéré et travaillé ensemble pour le mettre à jour avec ce qui se passait dans le secteur. Nous l’avons scindé en deux volumes plus courts : un consacré aux notions de base et l’autre aux concepts avancés. L’ouvrage a été publié en 2006.



Q : Comment les ingénieurs de Timken ont-ils développé cette connaissance des roulements au cours des 14 dernières années ?

R : Le livre couvre les principes fondamentaux des roulements mais n’aborde pas vraiment les connaissances relatives aux applications sur lesquelles nous nous concentrons chez Timken. Au fil des ans, nos outils de modélisation prédictive Syber se sont améliorés, nous aidant à prévoir les performances des roulements avec une précision croissante.

Nos outils de tests et de données sont inégalés, mais nous cherchons toujours à comprendre ce qui se passe au niveau de la structure moléculaire de l’acier. Le travail que les ingénieurs de Timken effectue sur la diffusion neutronique est vraiment passionnant. Il nous aide à comprendre et à ajuster les facteurs de contraintes au plus profond d’un roulement.

Le laboratoire de rhéologie est également un lieu où nous travaillons à l’étude des structures physiques et chimiques au niveau des premiers principes, afin de pouvoir commencer à prédire avec précision le frottement dans les systèmes de transmission, plutôt que d’utiliser des formules empiriques pour l’estimation.



Q : Quelle partie de votre travail appréciez-vous le plus ?

R : L’interaction avec les clients, la résolution de leurs problèmes et aussi le coaching des nouveaux collaborateurs – les intégrer, les aider à comprendre ce que nous faisons, comment nous travaillons. Leur apprendre tout ce que je sais sur les roulements et les aider à devenir des ingénieurs de haut niveau.

Chaque fois que je me trouve en face d’un client, que je regarde un ingénieur que j’ai formé expliquer un nouveau concept et que je vois le client commencer à le comprendre également, c’est le moment parfait, le mariage des deux parties.

 

Q : Quel est votre rôle le plus important en tant que chef d’équipe ?

R : Être un influenceur. Parvenir à la culture adéquate, mettre tout le monde sur la même longueur d’onde et ramer dans la même direction. En quelque sorte, c’est un travail de vente interne : je dois convaincre tout le monde qu’il est nécessaire de changer, définir une orientation stratégique, puis les convaincre de suivre le mouvement, de voir les avantages qu’ils en retirent.

Il s’agit également de les encourager à proposer des idées nouvelles et meilleures afin que nous puissions tous apprendre les uns des autres et nous adapter au fur et à mesure.



Q : Que conseillez-vous pour diriger des équipes innovantes ?

R : Les gens peuvent être guidés, mais si vous voulez qu’ils apprennent et développent de nouvelles compétences, ils doivent accomplir beaucoup de travail eux-mêmes. J’essaie toujours de m’assurer que je leur donne l’occasion de trouver les réponses par eux-mêmes.

Je pousse également les gens à documenter ce qu’ils ont appris. Nous apprenons tous les jours quelque chose de nouveau, alors actualisons toujours notre réflexion et partageons-la au niveau mondial, et travaillons constamment ensemble tout en apprenant.

Enfin, lorsque je guide les gens vers la résolution d’un problème, je les oriente vers d’autres personnes de l’entreprise qui ont travaillé sur certains problèmes similaires. Ainsi, les nouveaux collaborateurs commencent à constituer leur propre réseau de relations – des personnes avec lesquelles ils peuvent échanger des idées et collaborer.

Le travail d’équipe fait partie des valeurs fondamentales de Timken, et nous insistons beaucoup sur l’importance de la collaboration au sein de l’entreprise. Nous voulons nous assurer que tout le monde se sent à l’aise et en sécurité dans les contacts informels. Les nouveaux collaborateurs commencent tout de suite à travailler sur une plate-forme conçue pour les aider à développer leur réseau et leurs connaissances.

 

Q : Qu’est-ce qui vous retient chez Timken, après 22 ans ?

R : Deux choses : Je continue à être mis au défi. Timken est vraiment doué pour maintenir la croissance et l’engagement des collaborateurs. Et la deuxième chose, ce sont les personnes. Les collaborateurs de Timken sont tout simplement très sympathiques et il est agréable de travailler avec eux.

Si vous posez une question à quelqu’un, il en découle toujours une conversation, et c’est vraiment utile. Les collaborateurs sont tout à fait disposés à vous encadrer et à vous guider. Il n’y a donc aucune raison de se sentir seul. Vous commencez également à nouer des relations personnelles, ce qui fait que vous avez encore plus hâte de venir au travail.

Lisez-en plus sur les recherches menées par les ingénieurs de Timken pour mieux comprendre ce qui se passe à l’intérieur d’un roulement.