Investissement dans l’avenir : Les boursiers mondiaux de Timken ont de grands projets

Ensemble

Investissement dans l’avenir : Les boursiers mondiaux de Timken ont de grands projets

John Timken, président du conseil d’administration, pose avec les lauréats 2019 du siège mondial de Timken.

Une fois par an en février, Rich Kyle, PDG de Timken et John Timken, président du conseil d’administration de Timken, se rassemblent avec quelques étudiants dans une salle et par webcast pour annoncer les lauréats du programme Boursiers mondiaux de Timken, destiné aux enfants des collaborateurs du monde entier.

« L’excitation est palpable », se réjouit John Timken. « Ils sont souvent accompagnés de leur professeur préféré, qui les a poussés vers leurs objectifs, avec l’aide de leur famille. Parfois, les grands frères ou les grandes sœurs qui ont également décroché une bourse sont présents, ils peuvent donc se taquiner un peu mutuellement. »

Alors que tous les étudiants savent qu’ils ont gagné une portion des 540 000 dollars que Timken décerne chaque année, personne ne connaît le montant exact de sa bourse. Ces montants vont d’une bourse unique de 10 000 dollars jusqu’à des bourses plus importantes qui peuvent être renouvelées pour trois années supplémentaires – la bourse Jack Timken, d’une valeur de 25 000 dollars et la bourse Henry Timken, d’un montant de 35 000 dollars.

Un grand moment de fierté en Roumanie

La cérémonie de remise des bourses de cette année a reconnu 17 boursiers issus de six pays différents : la Roumanie, les États-Unis, l’Inde, l’Allemagne, la Chine et le Royaume-Uni. Lorsque le programme fut lancé en 1957, ses cinq lauréats étaient tous originaires de l’Ohio. Deux d’entre eux étaient des jeunes femmes. Cette année, les deux gagnantes qui ont décroché les plus grandes bourses se sont également avérées être des femmes, sachant que le pourcentage des femmes boursières est en augmentation.

Ioana Babarus (avec ses parents Dana et Dragos) a décroché la bourse Henry Timken de cette année, d’une valeur totale de 140 000 dollars.

Ioana Babarus de Ploiesti (Roumanie), a remporté la bourse Henry Timken 2019, qui fournit jusqu’à 140 000 dollars pour les dépenses courantes et les livres dont elle aura besoin pour ses études à l’université de Versailles (France). Sa mère, Dana Babarus, est ingénieur des processus de conception senior dans le site Timken de Ploiesti. « Cette bourse me permet de déployer mes ailes et de poursuivre ma passion », se réjouit Ioana. Elle compte faire carrière dans la pharmacie, tant pour la valeur pratique de cette filière que pour l’impact qu’elle-même pourra avoir sur ses semblables. Elle imagine guérir les maladies du 21e siècle et fonder une ONG qui offrira aux étudiants en pharmacie de voyager dans des communautés isolées à travers le monde pour leur fournir des médicaments gratuits.

Ioana se passionne pour ses activités de bénévolat qui consistent à coordonner l’aide aux devoirs pour des enfants en famille d’accueil. Elle écrit également des articles pour des journaux locaux, elle adore nager et a étudié à l’étranger, en Chine, au Japon, au Royaume-Uni et en France. Elle bûche son français pour se préparer à vivre en France durant les quatre prochaines années.

« Ioana a toujours aimé apprendre et découvrir de nouvelles choses », dit Dana Babarus. « J’ai été si fière lorsque John Timken a annoncé qu’Ioana avait décroché la bourse Henry Timken. C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte que tous les efforts que j’avais déployés pour que ma fille puisse avoir une éducation de qualité en valaient la peine. »

Un soutien indéfectible dans le Kansas et des plans ambitieux en Inde

Charles Hill, collaborateur du séchage des courroies à flancs nus chez Timken Belts à Fort Scott (Kansas), dit qu’il n’est pas sûr de qui Jeanna tient son talent et sa soif d’exceller. Elle a décroché la bourse Jack Timken de cette année, d’un montant atteignant 100 000 dollars, et l’utilisera pour ses études à l’université d’État d’Emporia au Kansas.

« Nous l’avons encouragée à lire » dit son père. « Ma femme lui lisait beaucoup, et je l’ai aussi encouragée à utiliser ce qui lui a été donné pour essayer de décrocher des bourses, plutôt que de se consacrer au sport. Cette voie a certainement porté ses fruits, et nous en sommes très reconnaissants. Nous sommes si heureux. »

Jeanna Hill (avec ses parents Charles et Cheryl) a remporté la bourse Jack Timken 2019, qui s’élève à 100 000 dollars.

Jeanna prévoit d’obtenir un diplôme double en anglais et mathématiques. Elle est excellente en maths, et en même temps, elle adore écrire et travaille d’arrache-pied pour finir son premier roman. C’est également une musicienne passionnée, qui joue la flûte traversière et le piccolo et a atteint des positions de leadership dans l’orchestre de son école.

Jeanna attribue son succès au travail acharné et au soutien indéfectible de ses parents. « Je crois que j’ai développé la persévérance de mon père », s’exclame-t-elle. « Il n’est pas du genre à baisser les bras. »

Un autre lauréat, Ayush Gupta de Jamshedpur (Inde), prévoit d’utiliser sa bourse de 40 000 dollars pour suivre les traces de son héros, Satya Nadella, PDG de Microsoft. Comme Satya Nadella, il commencera par un diplôme d’ingénieur d’une école en Inde, puis il poursuivra des études supérieures aux États-Unis ou en Allemagne.

Les trois lauréats que nous avons interviewés ont démontré qu’ils avaient des projets ambitieux pour leur avenir, mais ils ont également fait preuve d’une profonde humilité et gratitude pour les opportunités qui leur ont été accordées. « Je me donne beaucoup de mal », dit M. Ayush. « Je ne pense pas être suprême ou quelqu’un de spécial. »

Des opportunités éducatives pour les communautés de Timken

La société Timken peut se vanter d’une longue histoire de soutien à l’éducation, à commencer dans la ville d’origine de la société, Canton dans l’Ohio, où le Lycée Timken a été construit à l’origine comme école technique.

« Je crois que les membres de la famille reconnaissent que, bien que leur emploi change au fil des années, ils veulent donner aux communautés locales l’opportunité de tirer profit des nouvelles technologies et de rester à jour en matière d’emploi », dit John Timken.

La direction de la société a pris cette tradition d’apprentissage à vie à cœur au fur et à mesure de l’expansion de Timken à travers le monde, en construisant des centres de formation Timken ainsi que des établissements éducatifs dans de nombreux pays. En fait, depuis 1958, la société a octroyé plus de 23 millions de dollars en bourses d’études dans le monde par l’intermédiaire du Timken Educational Fund.

En tant que maître de cérémonie du programme de bourses, John Timken reçoit de nombreuses cartes de remerciements des boursiers. « C’est gratifiant et ça fait chaud au cœur de les recevoir », dit-il, « mais personne faisant partie de The Timken Company ne participe à la sélection des lauréats. »

Les boursiers sont choisis par un administrateur de programme impartial en fonction de critères de Timken, tels que le dossier scolaire, les expériences de leadership, la participation aux activités scolaires et communautaires, les honneurs, l’expérience professionnelle et les objectifs d’études et de carrière.

Un investissement dans les collaborateurs et leur famille

Ayush Gupta prévoit d’étudier en vue de l’obtention d’un diplôme d’ingénieur, puis de faire un Master.

Les boursiers Timken reçoivent leur bourse en raison de leur travail acharné et de leur engagement à donner de soi dans le cadre du bénévolat. Comme Kyle l’a indiqué dans son discours d’ouverture de la cérémonie, le cœur du programme vise à « encourager la prochaine génération de leaders à acquérir les connaissances dont ils ont besoin pour créer un monde meilleur. »

Cette éthique commence clairement chez soi. Même au téléphone, vous ressentez les liens forts qu’entretiennent ces collaborateurs Timken avec leurs enfants. Jeanna Hill et son père aiment regarder ensemble des films de superhéros et, à l’évidence, ils entretiennent une passion commune pour ce type de film. Ioana Babarus dit que sa mère est sa meilleure amie, qu’elle lui a enseigné dès son plus jeune âge la différence entre le bien et le mal, et l’a encouragée à faire du bénévolat.

Ayush Gupta dit que son père est son principal professeur et influence. « Il me parle de sa vie », dit-il, et je ne me lasse jamais de ses histoires. « Chaque fois que je les entends, je suis fasciné. »

« Pour The Timken Company, les bourses sont un investissement dans les collaborateurs et leur famille », explique John Timken. « Cela nous permet de reconnaître la qualité de nos collaborateurs. Ils sont la raison pour laquelle la société a enregistré un excellent parcours ces 120 dernières années. »